IWACU - Les voix du Burundi

Edition spéciale

Isanganiro, le dialogue vaut mieux que la force

Année de création : 2002

Site web : www.isanganiro.org

Responsable : Anne Niyuhire Nduwimana

Contact : anneniy (at) yahoo.fr

La radio Isanganiro (convergence ou terrain d’entente) est née de la volonté des journalistes du Studio Ijambo crée en 1995, une des œuvres de l’ONG américaine Search For Common Ground (SCG), d’assurer une large diffusion de leurs messages ou de leurs appels au dialogue, à la réconciliation. Elle couvrira et accompagnera d’ailleurs les pourparlers inter burundais de paix qui aboutissent par la conclusion de l’Accord d’Arusha.

Parmi ces professionnels des médias, des noms très connus de la presse burundaise comme Alexis Sinduhije, Willy Nindorera, Nestor Niyonkuru, Agnès Nindorera, ancienne correspondante de RFI et de l’agence AFP, Jean-Marie Gasana que sera plus tard recruté par ICG (international Crisis Group). Il y a également des noms comme Fiacre Munezero, Aloys Batungwanayo, Christophe Nkurunziza alias Kijigo, Jeannine Nahigombeye, la première femme, directrice d’une radio au Burundi.

A côté de cette équipe hyper motivée et engagée, des responsables de cette ONG américaine Search For Common Ground, visionnaires comme Francis Rolt et Lena Slachmuijlder, un des initiateurs de ce qui sera la ’’Synergie des Médias’’.

A signaler également un autre animateur et collaborateur du Studio Ijambo de SCG, Philippe Dahinden de la Fondation Hirondelle . C’est cette ONG qui lancera la Radio Agatashya à l’Est de la RD Congo. Elle se présente quelques années après comme une agence de presse chargée de la couverture des procès au TPIR, le tribunal pénal international pour le Rwanda basé à Arusha.

La Radio Isanganiro qui sera constituée de la plupart des journalistes du Studio Ijambo, hérite de la philosophie de SCG. Le recrutement est paritaire : 50% de Hutu et 50% de Tutsi. Comme leitmotiv, c’est le dialogue, tendre le micro à tous les protagonistes de la crise burundaise.

Le 13 septembre 2003, cette station sera victime de sa ligne éditoriale. Le ministre de la Communication, Albert Mbonerane décide de fermer cette radio suite à une interview du porte-parole du Palipehutu FNL, Pasteur Habimana, passée sur ses antennes.

« Je n’oublierai jamais cette date », se souvient Aloys Batungwanayo, ancien directeur d’Isanganiro, aujourd’hui chef des programmes à La Benevolencija, une ONG néerlandaise d’appui aux médias. Et de rappeler les très bons jingles de cette radio et surtout les feuilletons comme «Tubiri tuvurana ubupfu » et «Umubanyi niwe muryango » de la dramaturge Marie-Louise Sibazuri. Tous axé la thématique en rapport avec le dialogue et la réconciliation.

« Je me souviens toujours d’un débat organisé avec Catherine Mabobori, déléguée de l’Uprona et Jean-Marie Ngendahayo, qui représentait le Cndd-Fdd, il y avait également quelqu’un de la société civile. On parlait déjà de corruption, de vente probable de la Falcon 50, et un des interlocuteurs parlait de rumeurs colportées par les médias… tout comme aujourd’hui, c’est dommage », se rappelle Jeannine Nahigombeye, ancienne directrice de la radio Isanganiro, aujourd’hui, elle travaille aujourd’hui à l’ONG Impunity Watch.

Abbas Mbazumutima